Etre à l'aise en public

Parler en public est un exercice difficile et surtout, stressant. Pour vraiment maîtriser son discours, les pro du pitch (David Rose ou encore Guy Kanasaki) estiment que 20-25 répétitions sont nécessaires.

C'est tout à fait exact. Inutile d'espérer une prestation de bon niveau sans quelques répétitions.

Mais si vous maîtrisez parfaitement votre sujet, le stress ne disparait pas complètement pour autant.

Il existe un moyen simple de s'améliorer. Mais avant de développer, une excellente vidéo sur ... le bonheur, par un professeur de Harvard.

En synthèse, que nous dit cet excellent intervenant (dont le débit est certes, trop rapide, mais dont la prestation est sur tout les autres points, vraiment excellente). Shawn Achor nous explique que l'on a longtemps cru qu'il fallait réussir, faire du bon boulot, pour parvenir au bonheur, et que c'est une grave erreur. Cette philosophie amène à de la frustration, toujours plus de frustration. Si on inverse la formule (soyons heureux, et la réussite professionnelle suivra), les résultats sont époustouflants.

On peut tout à fait appliquer cette technique à la communication, d'une façon relativement similaire. Si vous vous préparez en imaginant que votre discours se passera bien, et même, exceptionnellement bien, vous augmentez considérablement la probabilité que cela se réalise. Pourquoi ? Tout d'abord, vous allez accumuler de la confiance, capter plus facilement les signaux positifs que vous envoie l'audience. Cela aura un impact sur votre langage corporel, le ton de votre voix (qui je le rappelle, représentent 93 % de l'impact de votre message, comme on l'a découvert lors du débat entre Kennedy et Nixon).

Lorsque je dois faire une intervention publique, j'imagine systématiquement la scène plusieurs fois, j'imagine les gens ravis, racontant à leurs amis le brillant discours auquel ils viennent d'assister. Bien évidement, ma prestation ne génère pas autant d'enthousiasme que la version très exagérée que je me suis plus à imaginer, mais la réalité est que ça fonctionne bien : je suis plus assuré, et en conséquence, ma prestation bien meilleure, mieux perçue. Diverses techniques de coaching reprennent cette méthode, très classique : se projeter dans la situation désirée pour augmenter la probabilité qu'elle se réalise.

Shawn Achor dans son livre appelle ça l'effet tétris : quand vous vous focalisez sur le positif, vous voyez le positif (comme le joueur de tétris obsessionnel voit des briques à emboiter partout). En programmant votre cerveau pour voir les choses positives, vous boostez votre énergie, captez plus facilement les opportunités, et cherchez des solutions aux problèmes (au lieu de chercher des coupables, ou de vous plaindre ...). La rapidité des résultats obtenus en faisant les exercices préconisés est assez bluffante.

Pour votre prochaine intervention en public, imaginez la scène : vous êtes sûr de vous, votre prestation est remarquable, les gens applaudissent et en parlent longuement plus tard. Imaginez cette scène plusieurs fois. Plein de fois. Et appréciez la différence lorsque vous prendrez la parole ...

Posts à l'affiche
Posts Récents