Machiavel, revisité par la Harvard Business Review

Machiavel, dans son ouvrage le plus célèbre, "Le Prince", écrivait que tout le monde préférait diriger en étant aimé. Néanmoins, ce résultat étant difficile à obtenir, il était alors beaucoup plus sûr d'être craint.

Aujourd'hui, les meilleurs chercheurs de Harvard, dont l'excellente Amy Cuddy, écrivent un article qui explique que la science parvient à donner tort au célèbre penseur italien du XVieme siècle. Paru cet été, l'article a été mis disponible en totalité ici. Le fichier ne sera peut être pas disponible éternellement, vous savez ce qui vous reste à faire.

Je m'étais juré l'été dernier d'écrire une critique de ce numéro de la HBR consacré à l'influence. Très bonne introduction au sujet, c'est surtout l'article en question qui m'avait marqué par son originalité. Une très bonne nouvelle donc que cette mise à disposition.

A titre personnel, je regrette que l'article ne fasse pas la distinction entre le manager moderne, dont l'objectif est d'augmenter l'efficacité de ses équipes, ses chiffres de ventes ... et le prince florentin qui règle les disputes avec ses voisins à coups de haches, buchers et autres joyeusetés expéditives. Le Prince, de Machiavel, s'adresse à des chefs d'Etats, à une époque d'une violence sans commune mesure avec le monde de l'entreprise d'aujourd'hui.

Le conseil de Machiavel reste donc valable ... pour son audience. Mais si vous ne comptez pas occuper le trône d'un royaume en guerre, alors l'article de la HBR vous sera plus qu'utile. Sinon, le Prince est une lecture incontournable.

Mots-clés :

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives