Le son et l'image, ou comment devenir Président des Etats-Unis

En 1960, Kennedy et Nixon s'affrontent pour la présidentielle américaine. Nixon est en tête dans les sondages, et lors du débat filmé (le premier de l'histoire !), tout le monde s'accorde pour penser que le brillant mais jeune Kennedy ne fera pas le poids face à son adversaire, plus expérimenté.

Mais la télévision va changer la donne.

Nixon, de mauvaise humeur et géné par une douleur au genou, va refuser d'être maquillé. Transpirant sous les projecteurs et mal rasé, portant un costume gris (presque une tenue de camouflage dans une diffusion en noir et blanc), il fait pale figure face à JFK, costume sombre et souriant. Mais peu importe : la majorité des gens qui ont entendu le discours à la radio ont trouvé Nixon bien plus convaincant.

Victoire assurée ?

Non, car ceux qui ont vu le débat à la télévision trouvé Kennedy bien meilleur. Et ces derniers sont largement plus nombreux que les auditeurs accrochés à leur poste de radio. Quelques semaines plus tard, Kennedy deviendra président des Etats-Unis. De peu. Très peu.

Le son et le ton de la voix ont donné un résultat inférieur à une communication où l'image se rajoute. Albert Mehrabian, chercheur américain, a publié une étude (se fondant notamment sur le débat présidentiel, entre autre éléments), expliquant la chose suivante :

  • 7 % de la communication est orale

  • 38 % passe par le ton employé

  • 55 % passe par l'attitude, le langage corporel, les expressions du visage

Ces chiffres ont été contestés, mais leur poids respectif semble globalement exact, et on peut en tirer une conclusion certaine : si ce que vous racontez est exact, peu de monde vous écoutera si le ton est peu assuré, le langage corporel hésitant. Ce sont des sujets sur lequel vous n'avez pas le droit à l'erreur.

Comment s'améliorer là-dessus ? 3 actions très simples

  • Répétez ! Un pitch doit être répété 20 à 25 fois pour être vraiment maîtrisé. Sans aller jusque là, 4 à 5 répétitions donnent déjà une forte amélioration, mais c'est un minimum.

  • Apprenez votre discours en langage parlé : évitez absolument le par coeur sur du langage écrit. Bon sur une feuille de papier, votre discours sonnera faux à l'oral

  • Projetez vous dans la situation désirée ! Imaginez vous triompher et embarquer les foules comme personne. Ce "truc" peut avoir l'air profondement idiot, mais il est d'une efficacité incroyable avec un peu de pratique. En ayant imaginé la situation de façon positive, votre cerveau va la revivre au moment de délivrer le message, et votre attitude générale sera plus assurée. Cette technique est très utilisée (pour d'autres raisons) par les sportifs avant un match (ils n'imaginent tout simplement pas la défaite et se voient déjà dans l'interview post victoire expliquer leur triomphe) ou les politiques (qui quels que soient les sondages, s'imaginent élus).

Pour conclure, l'actrice Sarah Bernard se plaisait à répéter : pas de grande performance sans trac. Le trac est un allié, il peut vous maintenir à un très haut niveau de concentration avant votre prestation si vous apprenez à le dompter. Dernier conseil : contrairement à une idée reçu, un démarrage un peu intimidé ... est un atout extraordinaire. Cette technique s'appelle Dubitatio, Abraham Lincoln en était un très grand adepte. Je la développerai plus tard.

Mots-clés :

Posts à l'affiche
Posts Récents